Consolidation ou début de correction ?

Après un mois de stabilisation, les principaux indices actions se sont nettement orientés à la baisse sur les deux dernières séances (environ -4% en Europe), principalement sur fond d’inquiétudes grandissantes quant au rythme d’enrayement de l’épidémie.

L’expert médical de la Maison Blanche, A. Fauci, et les personnalités de l’OMS ont largement contribué à ce regain de doutes (en tempérant les espoirs de découverte rapide de traitements ou de vaccins, voire en indiquant que le Covid-19 pourrait finalement ne jamais disparaître totalement).

Ces révélations sont particulièrement dures à digérer pour un pays, les Etats-Unis, qui ont fait le choix d’un confinement plus tardif et plus souple, et d’une réouverture de l’économie plus rapide. N’y avait-il pas derrière cette stratégie l’espoir de progrès médicaux suffisamment rapides pour sortir grand gagnant de l’épreuve ?

La « task force » que vient de mettre sur pied D. Trump pour trouver une solution médicale révèle en tout cas toute l’importance donnée au problème sanitaire de l’autre côté de l’Atlantique.

Et pour cause, les gouvernements commencent à regarder à la dépense (encore une fois particulièrement aux Etats-Unis, où trois plans budgétaires massifs ont déjà été votés) et les banques centrales refusent – pour l’instant du moins – à s’enfoncer encore davantage en territoire inconnu, ce qu’a notamment réitéré le gouverneur de la Fed J. Powell hier, en confirmant rejeter, aujourd’hui, l’idée de taux directeurs négatifs.

J’indique depuis plusieurs jours sur ce site que les niveaux d’indices et de valorisation sont trop peu attractifs pour renforcer son exposition aux marchés d’actions. Deux cas de figure s’offrent à tout investisseur aujourd’hui : 1/ attendre que la correction s’amplifie (pour atteindre 10% environ) pour racheter à bon compte ; 2/ rester investi voire renforcer sa position mais lâcher cette dernière en cas de rebond au-delà de la chute récente.

Sauf, dans le premier cas de figure, à ce que la correction sévère soit due à une probabilité nettement supérieure de reconfinement massif dans un pays majeur (il faudrait alors attendre plutôt 20% de correction au moins). Et sauf, dans le deuxième cas de figure, à ce qu’un traitement ou un vaccin efficace soit rapidement découvert, ce qui permettrait un déconfinement plus rapide et un rebond de l’activité plus prompt.

Un seul mot d’ordre pour les jours à venir donc : surveiller le déconfinement. Et à l’heure où le nombre de cas repart à la hausse en Italie et en Espagne, et à n’en pas douter, bientôt en France, ma préférence va au premier cas de figure.

Encore un peu de patience…

Note : je partage ici mes vues personnelles. Investir sur les marchés financiers comporte des risques dont vous êtes le seul responsable.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :